Affaire du Mediator : la plainte symbolique d’une Audoise contre les laboratoires Servier


Armande Mias, une habitante de Pradelles-en-Val (Aude), âgée de 71 ans, a déposé plainte avec constitution de partie civile contre les Laboratoires Servier.  Entre 2006 et 2009, elle a « pris » du Mediator à raison de trois fois par jour. 

Son histoire, c’est celle de milliers de personnes, qui, pendant des années, se sont vues prescrire un médicament qui allait les rendre malade. En toute insouciance ou plutôt avec une confiance totale dans les institutions (au premier chef duquel son médecin traitant) elle a avalé, matin midi et soir cette pilule, qui finira par lui provoquer des problèmes cardiaques (une valvulopathie).

Indemnisée par les Laboratoires Servier à hauteur de 1 900 €, sa pathologie a officiellement été reconnue comme liée à la prise de Mediator. Mais Armande Mias, a décidé de continuer le combat, en se constituant partie civile au procès qui a débuté le 23 septembre 2019 et se déroulera jusqu’en avril 2020 à Paris. 

Une plainte « symbolique », explique son avocate parisienne, puisqu’elle ne pourra pas prétendre à une autre indemnisation, mais qui, additionnée avec les centaines d’autres de ce type, permet de prendre conscience de l’ampleur du scandale. Quand on lui demande aujourd’hui ce qu’elle attend du procès, elle répond sans ambages : « Que les laboratoires Servier soient condamnés. » 

Son témoignage à retrouver ce soir sur lindependant.fr 



Source link

expatbarcelone

expatbarcelone

Blog espat-barcelone Vous êtes Français et vous souhaitez venir vivre à Barcelone ? Logement,santé,transport, téléphonie, démarches administratives

Leave a Response