Carcasssonne : ils avaient saccagé le foyer des jeunes pendant la nuit de la victoire des Bleus


Les cinq prévenus ont été reconnus coupables, vendredi 18 octobre, devant le tribunal correctionnel de Carcassonne.

Pendant que beaucoup célébraient la victoire de l’équipe de France de football en coupe du monde, le 15 juillet 2018, à coups de klaxons et autres démonstrations joyeuses et pacifiques, d’autres en profitaient pour détruire le local qui leur était dédié, à Trèbes.

Cette nuit du 15 au 16 juillet, les gendarmes ont été appelés Cité de l’Aiguille suite à des détériorations. Quand ils rentrent dans le foyer des jeunes, impossible de mettre un pied devant l’autre, les débris du faux plafond jonchant le sol. lls constatent également que le circuit électrique a été détruit et qu’un énorme trou apparent se trouve dans le mur. Sur place, plus personne, mais des témoins indiquent que le foyer a été détruit volontairement. Une enquête est lancée. Elle permettra d’identifier cinq personnes, des hommes, connus dans le quartier.

Jugés en leur absence

Les cinq ont été confondus par les caméras de vidéosurveillance. On voit notamment l’un d’entre eux arriver dans le foyer avec un balai. Un instrument ménager qui aurait servi à détruire le faux plafond. Plus inquiétant encore, certains suspects se vantent sur les réseaux sociaux d’avoir participé au saccage. Et l’un des cinq se justifiera ainsi devant les gendarmes : « C’était manière, on était dans l’ambiance. On était chauds et j’ai suivi le mouvement. »

Une manière particulière de célébrer la victoire des Bleus, en somme. L’avocate de la partie civile, Me Elvire Bricce (barreau de Narbonne), représentant le propriétaire du local, la SARL Habitat Audois, a rappelé que « le foyer était prêté à la mairie sans contrepartie financière et mis à disposition des jeunes pour faciliter la vie sociale dans le quartier. » Avant que la procureure ne vienne enfoncer le clou : « Il est difficile de comprendre comment on peut dégrader aussi rapidement le bien d’autrui ».

Absents à l’audience et non représentés, quatre des cinq hommes ont écopé de 800 € d’amende dont 300 € avec sursis.

Le cinquième, disposant déjà de six mentions à son casier judiciaire, a été condamné à deux mois de prison avec sursis et 800 € d’amende. Les cinq ont été reconnus coupables et devront réparer solidairement le préjudice subi. Ce dernier s’élève à plus de 15 000 € selon le devis effectué par le bailleur.



Source link

expatbarcelone

expatbarcelone

Blog espat-barcelone Vous êtes Français et vous souhaitez venir vivre à Barcelone ? Logement,santé,transport, téléphonie, démarches administratives

Leave a Response